Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jardinier de Dieu

Jardinier de Dieu

Pourquoi ce nom ? Un de nos jésuites va vous répondre


Marc 4, 26-34 : Et si Jésus était le grain dont il parle...(Vendredi 29 janvier 2021)

Publié par Jardinier de Dieu sur 29 Janvier 2021, 11:19am

Catégories : #evangiles_piste_reflexion, #Evangile_réflexion, #Homélies

Marc 4, 26-34 : En ce temps-là, Jésus disait aux foules : « Il en est du règne de Dieu comme d’un homme qui jette en terre la semence : nuit et jour, qu’il dorme ou qu’il se lève, la semence germe et grandit, il ne sait comment. D’elle-même, la terre produit d’abord l’herbe, puis l’épi, enfin du blé plein l’épi. Et dès que le blé est mûr, il y met la faucille, puisque le temps de la moisson est arrivé. »
Il disait encore : « À quoi allons-nous comparer le règne de Dieu ? Par quelle parabole pouvons-nous le représenter ? Il est comme une graine de moutarde : quand on la sème en terre, elle est la plus petite de toutes les semences. Mais quand on l’a semée, elle grandit et dépasse toutes les plantes potagères ; et elle étend de longues branches, si bien que les oiseaux du ciel peuvent faire leur nid à son ombre. »
Par de nombreuses paraboles semblables, Jésus leur annonçait la Parole, dans la mesure où ils étaient capables de l’entendre. Il ne leur disait rien sans parabole, mais il expliquait tout à ses disciples en particulier.

******************

Un champ de blé sous le soleil de Dieu. Merci à l'auteur de cette photo.

Et si nous considérions que Jésus est le grain jeté en terre par le Père, envoyé par le Père. Il nous raconte ici à l'avance son cheminement de grain dans la société des hommes de sa vie terrestre jusqu’à sa vie ressuscitée. Jésus est de fait au début de son existence face à un enjeu énorme en recevant sa mission de sauver l’humanité. Cette mission consiste à relier cette humanité d’une manière nouvelle et définitive avec son Créateur qui l’aime cette humanité d’une manière absolue. Jésus doit donc inventer son style pour apporter une réponse unique et définitive.

 

Pour cela, après toute une vie secrète à Nazareth, il pose un geste symbolique fort le baptême, reçu de Jean au Jourdain. Puis il y aura les tentations au désert qui tourneront beaucoup autour de sa mission, après avoir surmonté la peur si humaine de manquer. Comment ne pas vouloir impressionner, comment ne pas vouloir tout réussir avec une mission reçue pour le salut de toute l’humanité ? Il prendra le chemin de l’humilité, de l’écoute et de la suite des autres. Jésus, homme parmi les hommes, reprend ainsi le geste des prophètes d’Israël. Il parlera au peuple, il rassemblera des disciples, il sera reconnu par eux. et ce chemin se poursuivra jusqu’à son terme, avec l’échec de sa mission à Jérusalem, ville qui tue les prophètes.

 

Là, il éprouvera comme jamais que l’enjeu véritable, au-delà de tout, c’est de respecter sa liberté de fils du Père et de frère de tous, jusqu’à son dernier souffle, jusqu’à sa remise de lui-même dans la mort. Il mourra sans avoir dévié de cette attitude de vie. Il posera, auparavant, un geste de transmission en rompant le pain et en le bénissant pour ses disciples.

 

Cette attitude qui habite en lui, pourra alors se transmettre au plus profond de la liberté de ses amis, de ses disciples. Le grain qui a été coupé, le grain qui est mort, transmet ainsi la vie, sa vie aux autres, la vie éternelle. Il nous donne de pouvoir être purement humains comme lui fils et filles de Dieu tout en étant  aussi purement fils et fille de l’homme, une personne parmi toutes les autres personnes, existant de la Parole.

 

A nous d'entrer dans ce mouvement à notre tour, en recevant ce qu’il nous transmet, en laissant la transformation de notre cœur s’opérer dans la réception de sa vie par les sacrements et la méditation prolongée du récit de sa vie. Pour notre existence quotidienne par la suite, soyons bien conscients que c'est la manière de faire qui importe bien plus que le résultat, comme nous le montre, nous le démontre nous l’enseigne, nous le permet le Seigneur Jésus.

 

Cela a été une véritable obsession de la part d'Ignace qui attachait une importance extrême à la pureté d’intention. Cet enjeu de relations profondes au-delà des actes mêmes, le respect de notre liberté intérieure. Comme Jésus sur notre chemin extérieur, ayons soin de ne jamais  contraindre, ce qui compte qui est le  mouvement intérieur de notre liberté filiale, sachons que celui-ci est porté en nous par le Fils. Oui Amen Alléluia

Jean-Luc Fabre, compagnon jésuite

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Articles récents