Jardinier de Dieu

Jardinier de Dieu

Pourquoi ce nom ? Un de nos jésuites va vous répondre


« La forme de la gloire de Dieu ... » (Ez 1 ; Mt 17)

Publié par Olivier de Framond, compagnon jésuite sur 8 Août 2022, 13:59pm

Catégories : #framond

On a droit à des paroles bien obscures pour la St Dominique. Avec le prophète j’étais perdu du début à la fin. C’est sans doute la bonne nouvelle à recevoir. La gloire de Dieu, qui fait tomber Ézékiel face contre terre, ne se comprend pas, elle s’éprouve. Il faut s’accrocher, apparemment. En fait non, surtout ne vous accrochez pas, « accueillez » ! La gloire de Dieu commence par une main qui se pose sur soi, la main du Seigneur. Alors naît la vision d’une vie divine indicible. Ça bouge, ça résonne, de partout et dans tous les sens, au milieu du milieu du milieu, au-dessus d’au-dessus de là plus haut encore, au-delà du scintillement, du feu, de l’arc, et d’une clarté ! …

L’évangile ne fait qu’en rajouter : trouvez la gloire de Dieu dans un Fils d’homme que l’on va tuer. Les disciples déconcertés et saisis d’effroi à Pâques nous sont plus proches, du coup. La gloire de Dieu, ne m’en parlez plus. « Ils le tueront », on ne retient que cela, et les amis restent profondément attristés. Il y a bien « il ressuscitera le troisième jour », mais c’est incompréhensible, encore aujourd’hui. Et cette histoire de drachmes qui suit, c’est quoi, ça ? Est-ce là encore pour dire la gloire de Dieu et de ses fils ? Le Fils de l’Homme est le seul libre. Assez pour consentir à payer l’impôt, car il n’a qu’à puiser dans la mer. Pierre, tu trouveras 4 drachmes dans la bouche du premier poisson. La gloire, c’est peut-être de consentir au réel jusqu’au bout.  Il n’y a que Dieu pour consentir au réel. Il le reçoit, il l’éprouve, il le traverse, … et il ressuscite. Croire au ressuscité fera consentir au réel !

Olivier de Framond, compagnon jésuite

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Articles récents