Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jardinier de Dieu

Jardinier de Dieu

Pourquoi ce nom ? Un de nos jésuites va vous répondre


5ème dimanche de Pâques – « Demeurez en moi, comme moi en vous »

Publié par Olivier de Framond, compagnon jésuite sur 1 Mai 2021, 21:52pm

Catégories : #2017_framond

Avec le gel d’avril, l’évangile est difficile à entendre. Le gel n’a pas émondé, il a tout enlevé ! Faut dire qu’en Israël le gel est faible et n’a pas pu empêcher la Parole de venir émonder les amis du Seigneur. Et nous, elle nous émonde, la Parole ? …

Le printemps m’est toujours un émerveillement. Je pense à tous les arbres qui font leurs feuilles. Ils pompent le sol en eau et minéraux, pour migrer jusqu’aux feuilles ! Une fois j’ai vu un charme coupé en avril, un torrent impressionnant de sève sortait. Les feuilles, le soleil et l’eau entraînent la suite : la croissance et le fruit, plus de fruit. Jésus s’en est émerveillé. Il a dû contempler un cep de vigne, de la taille à la vendange. Il a dû être saisi par les émondages. Il faut tailler la vigne pour plus de fruit ! Ça lui a fait penser à son Père, ce vigneron, et son sécateur, c’est la Parole qu’il donne au Fils. Les sarments lui ont fait penser aux disciples, à nous. « Ma parole vous émonde ». Elle les remue. « Je ferai de vous des pécheurs d’hommes, … je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups, … donnez-leur vous-mêmes à manger », voilà une parole qui taille, tranchante. Pour plus de fruit ! Pas pour faire mal aux sarments.

Jésus pratiquait quelle taille ? Il ne s’est pas attardé là-dessus, il taille. Il taille pour que la sève circule bien entre le cep et les sarments. Si sa Parole ne trouve en nous que des vaisseaux tout petits, nous allons nous dessécher, nous serons loin de la sève, loin de sa Parole, et lui loin de nous, la sève ira trouver des sarments plus ouverts à sa Parole. « Demeurez en moi, comme moi en vous ». Avoir des vaisseaux larges et généreux, ça vient en recherchant la sève. « Demandez, et cela se réalisera ». Est-ce que je la demande assez, cette sève, pour demeurer sarment branché sur le cep ? C’est vrai que si je veux habiter une demeure, je suis poussé à demander : « allo, plombier, un robinet fuit, allo, maçon, un mur tombe, allo, la vigne, vous n’auriez pas un peu de sève, je vais bientôt me dessécher et le vigneron va me jeter dehors » ! Seigneur, tu as les Paroles de la Vie, mon âme a soif de toi, chante le psalmiste. Le Père l’avait émondé, heureux sarment ! Il a émondé Saul, jusqu’à en faire un Paul, non plus persécuteur du Christ mais un disciple qui demeurait en Lui. Il a émondé nos cœurs qui nous accusent parfois. Dieu est plus grand que notre cœur…

Olivier de Framond, compagnon jésuite
Ac 9, 26-31 ; Ps 21 (22), 26b-27, 28-29, 31-32 ; 1 Jn 3, 18-24 ; Jn 15, 1-8

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Articles récents