Jardinier de Dieu

Jardinier de Dieu

Pourquoi ce nom ? Un de nos jésuites va vous répondre


Lc 1, 39-45 Nous avançons vers la crèche...

Publié par Jean-Luc Fabre, compagnon jésuite sur 21 Décembre 2022, 12:41pm

Catégories : #Evangile_réflexion, #Evangiles comm piste

Lc 1, 39-45 En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse, dans une ville de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. 

Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi. Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »

 

Nous avançons vers la crèche un des deux lieux privilégies de la rencontre entre le mystère de Dieu et les hommes, tous les hommes. La pauvreté, la fragilité de la crèche parlent au cœur des hommes. Nous en avons un indice puissant si nous nous rapportons à la tradition vivante des crèches au sein de la légion étrangère où vivent ensemble des hommes de toute origine et religion. La pauvreté de la crèche parle à ces hommes, prêts à donner leurs vies. L’occasion nous est donné aujourd’hui, au cours de cette approche vers la crèche, de nous rendre attentifs à quelques caractéristiques de la foi chrétienne qui se manifestent à l’occasion de la visitation de Marie auprès d’Élisabeth. Recevoir ces caractéristiques nous donnera d’avoir un cœur plus disponible la nuit de Noël.

- Premier point Marie entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Cela nous dit que La manifestation de la Bonne nouvelle du Christ se fait toujours à plusieurs dans des rencontres comme dans un roman. Les chemins de Marie, de Joseph, d’Élisabeth de Zacharie sont tissés l’un à l’autre, le progrès de l’un aide le progrès de l’autre, le chemin de l’un retentit sur le chemin de l’autre. C’est une caractéristique bien mis en avant tout au long des écrits lucaniens. Après la visitation, il y aura, en effet, les scènes avec Anne et Siméon, il y aura les disciples et les apôtres et leurs vies entre eux, il y aura les premières communautés chrétiennes après la résurrection du Seigneur et son ascension. La bonne nouvelle de Jésus Christ se répand, se manifeste à travers l’interaction entre les croyants. Ne l’oublions pas dans nos manières d’être entre nous, sachons être tous ouverts au chemin en commun.

- Deuxième point Quand Élisabeth entendit la salutation de Marie. Cela nous dit que Marie est la grande vectrice de cette interaction à plusieurs. Marie va chez Élisabeth, elle sera l’interlocutrice privilégiée d’Anne et de Siméon, elle sera tout particulièrement présente à la naissance de l’Église au sein de la première communauté chrétienne, elle sera avec le disciple à la Croix. Ne l’oublions pas dans nos manières d’être :sachons être ouverts à celle qui doucement porte la présence du Seigneur, reprenons nous aussi d’elle cette attitude dans nos propres rencontres. 

- Dernier point Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte Comment parler en vérité ? La rencontre entre ces deux femmes nous le montre. Elles se parlent à partir de ce qui se donne, de ce qu’elles ressentent... de ce qui les touchent en leurs seins. Ne l’oublions pas parler vraiment c’est parler à partir de ce que nous ressentons. Bon chemin à chacun de nous !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Articles récents