Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jardinier de Dieu

Jardinier de Dieu

Pourquoi ce nom ? Un de nos jésuites va vous répondre


4ème dimanche de Pâques – « Voici pourquoi le Père aime le Fils … »

Publié par Olivier de Framond, compagnon jésuite sur 24 Avril 2021, 18:33pm

Catégories : #2017_framond

L’évangéliste Jean est un mystique. « Ce que nous serons n’est pas encore manifesté, mais quand ça le sera, nous lui serons semblables car nous le verrons tel qu’il est ». Je n’ai rien compris, mais au moins il nous fait cheminer, et c’est peut-être cela, le don de Pâques : être mis en route vers ce que nous sommes vraiment ! Merci Seigneur. Et dans l’évangile, pourquoi le Père aime le Fils ? Parce qu’il « donne sa vie, pour la recevoir de nouveau ». C’est dense ! Nous formerons un seul troupeau autour d’un seul berger. Pétard, on ne sera plus à s’agacer les uns contre les autres, la voisine, le conjoint, les collègues du boulot ! Pour un bon berger, toutes ses brebis comptent. Si nous ne comptons pour personne, on devient violents ou oisifs. Est-ce que je reconnais ce berger qui me connaît, pour qui je compte, pour qui il donne sa vie, son temps, une présence recréatrice, une attention infatigable ? Ce berger, il l’a été en ses amis comme Mère Teresa, pour les pauvres du Seigneur. C’est avec ses pauvres d’ici, et d’ailleurs, des banlieues, des prisons, ces brebis de l’autre enclos, que nous serons avec le Christ un seul troupeau !

Le Père aime le Fils parce qu’en donnant sa vie, il la reçoit de nouveau. Aimer, c’est tout donner, et se donner soi-même… Notre seule pauvreté, c’est de ne pas aimer. Un SDF, un solitaire, quelqu’un qui ne voit rien à donner est malheureux. Quelqu’un qui peut donner un verre d’eau, un coup de bêche au jardin, tailler une bavette au voisin, il est heureux. Jésus engendre le Père par sa soif et son cœur ouvert : il lui donne d’envoyer son Souffle créateur. Et quand le Fils a tout donné, il donne au Père la joie de le re-susciter, vivant en ses amis, Pierre, les disciples, nous. Croire en la résurrection, finalement c’est croire que ce Père nous donne d’aimer, hier, aujourd’hui, demain. Le Fils a « le pouvoir de donner sa vie et le pouvoir de la recevoir de nouveau » - avant on disait : « le pouvoir de la reprendre », mais là c’est plus parlant -. Me donner, je ne peux que le recevoir. Seul, je ne peux rien. Et se donner fait vivre le Père, ce Pauvre qui espère notre foi. Comme Pierre, il trouve sa joie à redonner à un infirme, et à tout son troupeau, de cheminer.

Olivier de Framond, compagnon jésuite

Ac 4, 8-12 ; Ps 117 (118), 1.8-9, 21-23, 26.28-29 ; 1 Jn 3, 1-2 ; Jn 10, 11-18

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Articles récents