Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jardinier de Dieu

Jardinier de Dieu

Pourquoi ce nom ? Un de nos jésuites va vous répondre


Dimanche 27 juin – 13ème dimanche du temps ordinaire

Publié par Olivier de Framond, compagnon jésuite sur 26 Juin 2021, 11:05am

Catégories : #2017_framond

« Je t’exalte, Seigneur, tu m’as relevé ». C’est le psaume. Beau psaume. Il y a toi, Dieu, il y a moi, il y a le monde. Parfois je suis avec le monde comme dans la vase, embourbé, replié, abattu. Il y en a un qui change mon deuil en une danse, qui me fait remonter de l’abîme. Toi, Seigneur. Parfois je t’appelle, je te connais si mal, mon Créateur et Sauveur, Celui qui me relève. Comme tu as relevé ton Bien-Aimé crucifié, pour nous ouvrir le ciel, la vie, et nous faire rejoindre ton troupeau, tes frères.

Tu changes nos pauvretés en richesse, nos fragilités en vie, en danse. Ça c’est Dieu, c’est toi. Tu nous combles d’abondance de foi, de Parole, de connaissance de Dieu par tes pauvres, dit Paul. Et Jaïre, et une femme hémorroïsse, retrouvent la Paix. La fillette, c’est un peu notre Eglise ; en plus jeune, d’accord. On peut la voir parfois embourbée, abattue, comme le psalmiste, à toute extrémité. On peut même la voir morte. Et Jésus, Dieu, marche avec nous sans agir apparemment. Car il veut notre foi. Jaïre, un chef de synagogue, supplie ouvertement. Jésus l’entend. La femme, elle, ne dit rien. Elle est enfermée dans sa honte, la honte de sa fragilité. Elle est guérie en touchant le vêtement de Jésus. Mais elle n’est pas sauvée : elle n’est pas sortie de la vase de sa honte enfermée dans le mutisme. Jésus la sauve, la tire de là : « va, ta foi t’a sauvée ». Alors elle est vivante, comme Jaïre et la foule des disciples. De sa fragilité, Jésus en fait une danse…

Jésus se reconnaît en la fillette, comme il se reconnaîtra en Lazare. Le Père n’a besoin que de notre foi. « Crois seulement. Ta fille n’est pas morte, elle dort ». On se moque, comme on se moque du Christ dans sa Passion, mais Jésus va son chemin. Ce qui était mort, c’était la relation, pas la fillette. La relation de l’entourage à la jeune fille, et réciproquement. Seigneur, viens au secours de notre peu de foi. Merci, femme tremblante, d’avoir tout dit en vérité aux pieds du Christ. La danse arrive…

Olivier de Framond, compagnon jésuite

Sg 1, 13-15 ; 2, 23-24 ; Ps 29 (30), 2.4, 5-6ab, 6cd.12, 13 ; 2Co 8, 7.9.13-15 ; Mc 5, 21-43

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Articles récents