Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jardinier de Dieu

Jardinier de Dieu

Pourquoi ce nom ? Un de nos jésuites va vous répondre


BAPTÊME DU SEIGNEUR – 10 janvier 2021

Publié par Olivier de Framond, compagnon jésuite sur 9 Janvier 2021, 13:03pm

Catégories : #2017_framond

Le baptême du Seigneur nous fait entrer dans le temps ordinaire. Le temps de trouver nos marques et le Carême nous prendra vers Pâques. En fait NOËL contient déjà en lui l’épreuve et la joie de Pâques. Pâques est un passage : la mer Rouge, la mort. Dieu nous apprend à passer. C’est le sens du baptême. La joie du ciel sort et se dit, Jésus entend être appelé « mon Fils bien-aimé », la colombe de la paix, l’Esprit, descend sur lui. Cette joie goûtée est celle d’un Père au cœur de Mère. Cette paix intérieure est celle de la Rencontre créatrice. Il a d’abord fallu plonger dans l’eau, l’eau du baptême de Jean que l’on retrouve comme à l’Avent. C’est l’eau des foules venues pour une conversion du cœur. Ce Jourdain où Jésus plonge n’est pas une eau limpide. Elle est l’eau trouble de nos soifs, de nos doutes, de nos santés, de nos errances ; l’eau aussi de nos projets, l’eau de nos espoirs d’un ciel qui s’ouvre. Trois semaines de brouillard, on aspirait à mieux ! C’est dans cette eau-là que Jésus se fait baptiser, une eau chargée de nos histoires et quêtes humaines. 

Merci à l'auteur de cette photo

Il a osé. Il fallait y aller, dans cette eau plutôt boueuse, dans ces foules ! Il y est descendu. Il y est resté un moment. Comme dans nos « enfers » qu’un Credo mentionne. En remontant de l’eau, sa vie a basculé. Elle a basculé dans un pèlerinage jusqu’au bout, à guérir, à relever, à insuffler la Vie, une Parole recréatrice venue d’en-haut. En fait c’est toute sa vie qui est devenue baptême, plongeon dans l’eau de nos histoires. En remontant, il a goûté la paix de la colombe en lui, il a reconnu la joie du Ciel venue à lui : « Tu es mon fils bien-aimé, en toi je trouve ma joie ». La colombe, aux jours de Noé, ramenait un brin d’olivier annonciateur d’une terre promise. Enfin une terre à habiter, à travailler, à ensemencer ! Le baptême du Seigneur nous conduit vers le Salut. Le Salut, c’est quand l’Esprit vient sur nous ; il nous est donné de nous reconnaître enfant bien-aimé du Père, nous rendons grâce. Nous sommes mis à la suite du Bien-Aimé qui n’arrête pas de passer. Vers les petits, les grands, les jeunes, les vieux, les actifs, les retraités, chacune, chacun de nous, l’eau trouble que nous sommes. Te laisserai-je me visiter, accomplir ton baptême, jusqu’à entendre, comme St Régis, la joie du Père me souffler, « tu es mon enfant bien-aimé » ?

Olivier de Framond, compagnon jésuite

Is 55, 1-11 ; Is 12, 2, 4bcd, 5-6 ; 1 Jn 5, 1-9 ; Mc 1, 7-1

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Articles récents