Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jardinier de Dieu

Jardinier de Dieu

Pourquoi ce nom ? Un de nos jésuites va vous répondre


Veillée pascale - Nuit de Pâques

Publié par Père Roland Cazalis sur 20 Avril 2019, 16:18pm

Catégories : #homelie_cazalis

Le passage que nous venons de lire fait suite à la Passion de Luc, donc nous sommes dans la même tonalité.
 
Rendez-vous en compte, il y a l’état de sidération dans lequel se trouvaient ces gens qui accompagnaient Jésus.
 
Comment une telle chose a-t-elle pu se produire ?
 
L’expérience de la sidération de l’incendie de ND de Paris, qui est encore proche dans les mémoires, peut nous aider à entrer dans leur état d’esprit.
 
Et puis cette Pâque, qu’ils ont vécue entre temps, ne fut pas Pâques, car le temps s’est arrêté.
 
Quand on est dans cet état d’esprit, on ne sait pas si c’est juste un mauvais rêve, ou si l’on est bien réveillé.
 
Il faut retourner au tombeau pour avoir le cœur net.
 
Mais là encore, la terre se dérobe à nouveau sous leurs pieds. Le corps n’y est pas !
 
Mais des hommes en habit éblouissant semblent dire que c’est une bonne nouvelle tout cela !
 
Ces hommes brillants leur disent que la mort est déjà finie.
 
La mort n’a pas duré longtemps chez lui.
 
De bonnes nouvelles donc dans un cimetière !
 
Ces gens brillants les renvoient aux Écritures et à ce que disait Jésus de son vivant.
 
C’est vrai qu’il disait beaucoup de choses intelligibles, mais ils  ne savaient pas toujours à quoi ces dires pouvaient correspondre, c.-à-d. qu’ils ne maîtrisaient pas toujours leur équivalent-réalité.
 
Ces gens brillants disent à ces femmes que le troisième jour après sa mort, il ressuscite.
 
Nous sommes le troisième jour, n’est-ce pas ?
 
Mais, qu’est-ce que c’est, « ressusciter » ?
 
Et nos aromates, que faisons-nous de nos aromates ?
 
Ainsi, pour tous ces grands mystères de la vie, il faut être en situation pour enfin comprendre leur équivalent-réalité.
 
Le dernier mot est à l’expérience.
 
Le Christ, ayant fait le passage personnellement, lui qui est l’humanité dans l’homme, par ce geste, il confère à chacun et chacune le pouvoir de le faire également, avec lui, ou sans lui.
 
C’est une question de choix, de préférence, ou d’affect, car nous sommes faits pour la rencontre de l’altérité absolue.
 
Père Roland Cazalis
Merci à l'auteur de cette photo
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Articles récents