Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jardinier de Dieu

Jardinier de Dieu

Pourquoi ce nom ? Un de nos jésuites va vous répondre


Jeudi Saint - Le Jardin de la reconnaissance

Publié par Jean-Luc Fabre, compagnon jésuite sur 9 Avril 2020, 06:39am

Catégories : #Semaine Sainte & Triduum Pascal, #Miettes ignaciennes, #Manières de prier

Merci à l'auteur de cette image

Laisser se Tisser le Mystère Pascal entre Eux et nous, Lui et moi... En trois jardins !

Pour célébrer le Mystère Pascal, nous vous proposons de préparer ensemble avec la Communauté de Vie Chrétienne, chaque jour du Triduum pascal.

Le jeudi Saint, le premier jardin à explorer.

Deutéronome 26,1-11 à lire :

Recevoir l’Amour de Dieu pour le rendre...

Et pour cela Habiter le jardin de la reconnaissance

 

01 Lorsque tu seras entré dans le pays que te donne en héritage le Seigneur ton Dieu, quand tu le posséderas et y habiteras, 02 tu prendras une part des prémices de tous les fruits de ton sol, les fruits que tu auras tirés de ce pays que te donne le Seigneur ton Dieu, et tu les mettras dans une corbeille. Tu te rendras au lieu que le Seigneur ton Dieu aura choisi pour y faire demeurer son nom.

03 Tu iras trouver le prêtre en fonction ces jours-là et tu lui diras : « Je le déclare aujourd’hui au Seigneur ton Dieu : je suis entré dans le pays que le Seigneur a juré à nos pères de nous donner. » 04 Le prêtre recevra de tes mains la corbeille et la déposera devant l’autel du Seigneur ton Dieu. 05 Tu prononceras ces paroles devant le Seigneur ton Dieu : « Mon père était un Araméen nomade, qui descendit en Égypte : il y vécut en immigré avec son petit clan. C’est là qu’il est devenu une grande nation, puissante et nombreuse. 06 Les Égyptiens nous ont maltraités, et réduits à la pauvreté ; ils nous ont imposé un dur esclavage. 07 Nous avons crié vers le Seigneur, le Dieu de nos pères. Il a entendu notre voix, il a vu que nous étions dans la misère, la peine et l’oppression. 08 Le Seigneur nous a fait sortir d’Égypte à main forte et à bras étendu, par des actions terrifiantes, des signes et des prodiges. 09 Il nous a conduits dans ce lieu et nous a donné ce pays, un pays ruisselant de lait et de miel.

10 Et maintenant voici que j’apporte les prémices des fruits du sol que tu m’as donné, Seigneur. » Ensuite tu les déposeras devant le Seigneur ton Dieu et tu te prosterneras devant lui.

11 Alors tu te réjouiras pour tous les biens que le Seigneur ton Dieu t’a donnés, à toi et à ta maison. Avec toi se réjouiront le lévite, et l’immigré qui réside chez toi.

 

Merci à l'auteur de cette photo

 

Il y a ce qui m'est donné, mais pour le réaliser vraiment il est bon que je le reçoive. En recevant ce qui m'est donné, j'éprouve en moi le désir de le rendre, de l'offrir à celui qui me l'a donné. Ce mouvement crée en moi un flux de vie, m'ouvre sur mes frères et mes sœurs. Alors j'entre pleinement en relation avec eux en sachant donner et de demander.

Si dans ma vie j'articule recevoir rendre donner et demander, je suis dans une démarche de vie pour moi, pour les autres. C'est ce qui se vit avec l'Israélite du Deutéronome. Cette logique s'oppose à celle du prendre et jeter.

En lisant lentement ce passage je peux entrer dans la démarche de vie promise. Celle qui habitait le cœur de Jésus.

Je puis aussi considérer mon existence.

Dans ma vie, puis je  me souvenir d’avoir vécu selon les différentes logiques, celle nouvelle du « recevoir, rendre, donner, demander » ou bien, celle ancienne du « prendre et jeter », que j’ai vécu dans mon rapport avec les choses, les personnes, moi-même, Dieu...?

Aujourd’hui, je prends le temps, je les présente au Seigneur, je les lui offre, je lui parle avec confiance, je le remercie pour la logique de la vie, je lui propose de recycler la logique ancienne dans la logique nouvelle, et pour cela je reçois ce que j’ai pris, je lui rends ce que j’ai pris, je lui demande, je lui donne ce que j’ai jeté.

 

Qu’est-ce-que je demande aujourd’hui ? Demain, j’essaierai de faire la relecture pour découvrir le fruit reçu. S’il n’y en a pas, que dois-je dire à Dieu ?

 

Que la bonté de Dieu accompagne chacun, chacune  dans cette démarche !

Jean-Luc Fabre, compagnon jésuite

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Articles récents