Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jardinier de Dieu

Jardinier de Dieu

Pourquoi ce nom ? Un de nos jésuites va vous répondre


Luc 17,11-19 Vivre selon la foi

Publié par Jean-Luc Fabre, compagnon jésuite sur 9 Octobre 2010, 05:41am

Catégories : #Evangiles dim 2010-Piste de réflexion

(Version 2013)

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 17,11-19.

Jésus, marchant vers Jérusalem, traversait la Samarie et la Galilée. Comme il entrait dans un village, dix lépreux vinrent à sa rencontre. Ils s'arrêtèrent à distance et lui crièrent : «Jésus, maître, prends pitié de nous.» En les voyant, Jésus leur dit : «Allez vous montrer aux prêtres.» En cours de route, ils furent purifiés. L'un d'eux, voyant qu'il était guéri, revint sur ses pas, en glorifiant Dieu à pleine voix. Il se jeta la face contre terre aux pieds de Jésus en lui rendant grâce. Or, c'était un Samaritain. Alors Jésus demanda : « Est-ce que tous les dix n'ont pas été purifiés ? Et les neuf autres, où sont-ils ? On ne les a pas vus revenir pour rendre gloire à Dieu ; il n'y a que cet étranger ! » Jésus lui dit : « Relève-toi et va : ta foi t'a sauvé. »

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

Jésus marche vers Jérusalem, le lieu de sa pleine révélation par sa mort et sa résurrection, le lieu d’où partiront les pèlerins d’Emmaüs pour une pleine reconnaissance… Pour le moment, il marche vers sa ville, rencontrant le monde tel qu’il est : la Samarie et la Galilée, ceux qui sont en bonne santé et les malades, ceux qui sont pleinement de la société et ceux qui en sont exclus… comme ces dix lépreux qui, lorsqu’ils vont à la rencontre, s’arrêtent toujours à bonne distance.


Un dialogue minimal réduit à une supplique (où la raison n’a pas besoin d’être dite) : «Jésus, maître, prends pitié de nous » et à une réponse opératoire (qui, là aussi, ne dit pas le résultat escompté) : « Allez vous montrer aux prêtres ». Ils obtempèrent, ils doivent savoir, par la rumeur, qu’avec ce Maître Jésus, il s’agit de bien faire ce qu’il demande et cela marche…

Ils se mettent en route vers les prêtres. L’événement survient alors : « ils furent purifiés ». Un événement, un vrai, qui surgit comme cela, presque sans raison. Il s’impose à moi dans sa nouveauté… Il marque un avant et un après, dans mon existence. Il fait que rien ensuite ne sera comme avant. Alors, que puis-je en faire ?

Le récit nous dit qu’un seul revient sur ses pas, chante louange « à pleine voix ». Une proximité physique renouvelée : « face contre terre, au pied de Jésus». Un nouveau dialogue plus riche s’en suit avec Jésus qui s’exprime, en demandant pour les « neuf autres » et en disant pour lui, le dixième… Jésus y donne maintenant, en plus de la guérison, le sens final de celle-ci… l’offre d’entrer dans le salut, dans la vie en plénitude, la vie selon la foi qui permet d’aller vraiment et librement soi-même… « Va, ta foi t’a sauvé »…


Le disciple, qui lit, peut se dire que, dans sa vie aussi, des événements surgissent, que, certainement, il a à y trouver le sens véritable qui s’élabore dans l’appel perçu et reçu… Alors, comme la Vierge Marie, il pourra dire, redire : « qu’il m’advienne selon ta parole »… il pourra entrer dans la louange… il pourra devenir un vrai disciple, qui invente sa réponse propre d’amour, en réponse à l’amour qui donne toujours et qui appelle pour une réponse simplement gratuite… Oui, ta foi t’a sauvé !

Jean-Luc Fabre, compagnon jésuite

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Martine 10/10/2010 14:43



Pour tout vous dire, un jour, il y a longtemps, j'allais très mal. Je suis allée trainer ma peine une journée au bord de la mer en
automne. Et tout à coup, au dessus des roseaux agités par le vent et de la mer bien grise, sur le ciel très sombre, j'ai vu un arc en ciel. Et ça m'a remise debout. C'était vraiment pour moi une
lueur qui venait du ciel.


Si on y est attentif, souvent des petits signes apparaissent dans le plus banal de notre vie, ne croyez-vous pas ?


(Merci beaucoup pour la photo)



La petite jardinière 18/10/2010 22:50



le samedi dernier (16 oct)), es-tu à la fête du Coteaux Païs comme tu m'as dit. J'ai beaucoup de travail. Tu es toujours très sympathique avec moi. Je t'embrasse de tout coeur et à bientôt.



fidèle 10/10/2010 13:09



Personne ne veut être malade, mais les maladies incurables ou la lèpre existent et détruisent complètement l’être humain, et elles mettent le patient à la marge de la société. Martine, comme vous
avez dit : parfois, l’orage et la tempête arrivent dans nos vies. En ce moment-là, nous cherchons les moyens pour nous en sortir …Tout d’un coup si nous voyons l’arc-en-ciel , oh ! un grand
espoir ! quelle joie ! Car après la pluie, c’est le beau temps. Pour cette raison, j’aime beaucoup l’image de l’Arc-en-ciel.


je vous offre cette petite photo



Martine 09/10/2010 17:04



Quelle belle photo !! L'évangile d'aujourd'hui nous parle de lépreux et un arc en ciel flamboyant relie le ciel à notre campagne agricole. Oui aimer Jésus et se laisser aimer par lui illumine
notre vie quotidienne. Mais parfois il y a aussi des orages, des tempêtes, des trous noirs .... Pourrait-on échanger sur de possibles photos illustrant certaines périodes de notre vie ?



Aumonerie de Purpan (jardinier de Dieu) 18/10/2010 22:47



martine, comme je t'ai raconté l'autre jour : en rentrant de la messe à la Daurade, j'ai vu l'arc-en-ciel et je pensais beaucoup à toi. Merci ma chère douce amie. A bientôt.



Articles récents