Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jardinier de Dieu

Jardinier de Dieu

Pourquoi ce nom ? Un de nos jésuites va vous répondre


Retraite en ligne pendant le temps pascal : Actes 8 - effondrement et ouverture

Publié par Jardinier de Dieu sur 25 Mai 2020, 11:29am

Catégories : #Jardinier, #Manières de prier, #Temps pascal

 

De la même manière que d’habitude, pour préparer mon temps de prière,  je lis ce passage des Actes, je prends le temps de formuler ma demande au Seigneur. Cette demande pourrait tourner au tour de ceci : que je sois conscient de comment dans ma vie ecclésiale (ou un autre aspect de ma vie), il me soit donner de voir comment d’avoir traversé des adversités a été pour moi une force pour la suite, comment les moments où j’ai semé dans les larmes ont donné par la suite du fruit, que le Seigneur m’enseigne à savoir durer dans une attitude juste même si je suis aussi assailli par la méchanceté, le doute, la tentation. Je m’adresse au Seigneur, je prends congés de Lui en le saluant et en récitant le Notre père, je prends quelques notes pour garder mémoire de ce qui est venu durant ma prière.

 

La dispersion conduit à l’annonce

 

La reconnaissance des croyants entre eux en Samarie, la figure du sorcier Simon

 

Ce jour-là, éclata une violente persécution contre l’Église de Jérusalem. Tous se dispersèrent dans les campagnes de Judée et de Samarie, à l’exception des Apôtres. Des hommes religieux ensevelirent Étienne et célébrèrent pour lui un grand deuil.  Quant à Saul, il ravageait l’Église, il pénétrait dans les maisons, pour en arracher hommes et femmes, et les jeter en prison.  Ceux qui s’étaient dispersés annonçaient la Bonne Nouvelle de la Parole là où ils passaient.

 

 

Philipe quant à lui en Samarie, un fruit s’annonce et appelle beaucoup, y compris Simon

C’est ainsi que Philippe, l’un des Sept, arriva dans une ville de Samarie, et là il proclamait le Christ. Les foules, d’un même cœur, s’attachaient à ce que disait Philippe, car elles entendaient parler des signes qu’il accomplissait, ou même les voyaient. Beaucoup de possédés étaient délivrés des esprits impurs, qui sortaient en poussant de grands cris. Beaucoup de paralysés et de boiteux furent guéris. Et il y eut dans cette ville une grande joie.

Or il y avait déjà dans la ville un homme du nom de Simon ; il pratiquait la magie et frappait de stupéfaction la population de Samarie, prétendant être un grand personnage. Et tous, du plus petit jusqu’au plus grand, s’attachaient à lui en disant : « Cet homme est la Puissance de Dieu, celle qu’on appelle la Grande. » Ils s’attachaient à lui du fait que depuis un certain temps il les stupéfiait par ses pratiques magiques.

Mais quand ils crurent Philippe qui annonçait la Bonne Nouvelle concernant le règne de Dieu et le nom de Jésus Christ, hommes et femmes se firent baptiser. Simon lui-même devint croyant et, après avoir reçu le baptême, il ne quittait plus Philippe ; voyant les signes et les actes de grande puissance qui se produisaient, il était stupéfait.

 

L’Eglise reconnaît les fruits de l’Esprit et fait œuvre de discernement envers Simon

Les Apôtres, restés à Jérusalem, apprirent que la Samarie avait accueilli la parole de Dieu. Alors ils y envoyèrent Pierre et Jean.  À leur arrivée, ceux-ci prièrent pour ces Samaritains afin qu’ils reçoivent l’Esprit Saint ; en effet, l’Esprit n’était encore descendu sur aucun d’entre eux : ils étaient seulement baptisés au nom du Seigneur Jésus. Alors Pierre et Jean leur imposèrent les mains, et ils reçurent l’Esprit Saint.

Simon, voyant que l’Esprit était donné par l’imposition des mains des Apôtres, leur offrit de l’argent  en disant : « Donnez-moi ce pouvoir, à moi aussi, pour que tous ceux à qui j’imposerai les mains reçoivent l’Esprit Saint. » Pierre lui dit : « Périsse ton argent, et toi avec, puisque tu as estimé pouvoir acheter le don de Dieu à prix d’argent ! Tu n’as aucune part, aucun droit, en ce domaine, car devant Dieu ton cœur manque de droiture. Détourne-toi donc de ce mal que tu veux faire, et prie le Seigneur : il te pardonnera peut-être cette pensée que tu as dans le cœur. Car je le vois bien : tu es plein d’aigreur amère, tu es enchaîné dans l’injustice. » Simon répondit : « Priez vous-mêmes pour moi le Seigneur, afin que rien ne m’arrive de ce que vous avez dit. » Quant à Pierre et Jean, ayant rendu témoignage et proclamé la parole du Seigneur, ils retournèrent à Jérusalem en annonçant l’Évangile à un grand nombre de villages samaritains.

 

 

Un autre de temps de prière possible : la rencontre entre Philippe et l’eunuque.

Là aussi je demande au Seigneur qu’il me donne de percevoir son action dans mes rencontres, je vais considérer l’Enuque, Philippe et ‘l’Esprit Saint, je considère comment l’Esprit Saint agit au cœur des deux, en leur donnant d’être humbles, disponibles. Je prends le temps de sentir la situation, le dialogue, je suis attentif à ce que cette contemplation me fait revenir de mon expérience personnelle, je m’adresse au Seigneur pour qu’il me fasse avancer sur le chemin de la vraie vie. Je prends ensuite congés du Seigneur, je récite le Notre Père, je prends quelques notes pour garder mémoire de  ce que j’ai reçu durant ce temps de prière.

 

La rencontre se prépare :

L’ange du Seigneur adressa la parole à Philippe en disant : « Mets-toi en marche en direction du sud, prends la route qui descend de Jérusalem à Gaza ; elle est déserte. » Et Philippe se mit en marche.

Or, un Éthiopien, un eunuque, haut fonctionnaire de Candace, la reine d’Éthiopie, et administrateur de tous ses trésors, était venu à Jérusalem pour adorer. Il en revenait, assis sur son char, et lisait le prophète Isaïe.

 

Le dialogue se noue :

L’Esprit dit à Philippe : « Approche, et rejoins ce char. ». Philippe se mit à courir, et il entendit l’homme qui lisait le prophète Isaïe ; alors il lui demanda : « Comprends-tu ce que tu lis ? »

L’autre lui répondit : « Et comment le pourrais-je s’il n’y a personne pour me guider ? » Il invita donc Philippe à monter et à s’asseoir à côté de lui. Le passage de l’Écriture qu’il lisait était celui-ci : Comme une brebis, il fut conduit à l’abattoir ; comme un agneau muet devant le tondeur, il n’ouvre pas la bouche. Dans son humiliation, il n’a pas obtenu justice. Sa descendance, qui en parlera ? Car sa vie est retranchée de la terre. Prenant la parole, l’eunuque dit à Philippe : « Dis-moi, je te prie : de qui le prophète parle-t-il ? De lui-même, ou bien d’un autre ? »

Alors Philippe prit la parole et, à partir de ce passage de l’Écriture, il lui annonça la Bonne Nouvelle de Jésus.

 

La conclusion arrive : baptême et séparation :

Comme ils poursuivaient leur route, ils arrivèrent à un point d’eau, et l’eunuque dit : « Voici de l’eau : qu’est-ce qui empêche que je sois baptisé ? »

Il fit arrêter le char, ils descendirent dans l’eau tous les deux, et Philippe baptisa l’eunuque.

Quand ils furent remontés de l’eau, l’Esprit du Seigneur emporta Philippe ; l’eunuque ne le voyait plus, mais il poursuivait sa route, tout joyeux.

Philippe se retrouva dans la ville d’Ashdod, il annonçait la Bonne Nouvelle dans toutes les villes où il passait jusqu’à son arrivée à Césarée.

Philippe et l’eunuque : l’interprétation des Ecritures, le baptême

Jean-Luc Fabre, compagnon jésuite

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Articles récents