Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jardinier de Dieu

Jardinier de Dieu

Pourquoi ce nom ? Un de nos jésuites va vous répondre


3ème dimanche de Pâques, année C – Peuple de témoins du Ressuscité …

Publié par Père Olivier de Framond sur 3 Mai 2019, 10:06am

Catégories : #2017_framond

Les disciples ne savaient pas que c’était le Seigneur. Un peu après, ils n’osent pas l’interroger car ils savaient que c’était le Seigneur. Que s’est-il passé ? Une nuit sans rien prendre, un inconnu qui les interpelle « les enfants », une parole et une pêche à faire craquer le filet. Il y a même un feu de braise avec du poisson et du pain avant qu’ils aient tiré le filet. Peut-être cela leur rappelle le jour des foules et des pains. Comme ce geste qui suit, où l’homme prend le pain et les poissons et les leur donne. C’est le Seigneur ! Les disciples viennent de vivre cette prière d’alliance qui exerce à reconnaître Dieu en toutes choses, à croire, sans voir, Celui qui est à l’œuvre en toutes choses, là où d’autres l’éprouvent comme un Dieu absent. Comme en oraison, les disciples viennent de vivre une voix intérieure qui leur murmure de se poser sur telle parole, et un éveil se produit, une pêche, pas forcément un filet plein à craquer, mais la vie s’ouvre, qui donne de goûter le présent et d’y demeurer.

Reconnaître les passages du Ressuscité, en fait demande de se laisser aimer par le Christ. Le disciple que Jésus aimait, reconnaît le Seigneur. Est-ce que je me laisse aimer par le Christ en tout mon être ? C’est vrai aussi dans les couples : est-ce que je me laisse aimer par l’Autre ? Alors je reconnaîtrai davantage la marque de Dieu en moi, et en la vie. Hommes et femmes on n’est peut-être pas pareil. L’homme est centré sur l’action à faire, sans se laisser regarder par sa femme. La femme porte 1000 regards sur la vie autour d’elle en attendant en vain le regard aimant de son mari. Je caricature, OK, mais me laisser aimer par le Christ avant tout est une belle conversion !

Pierre a à en faire l’expérience. « Sois le berger de mes brebis ». Il n’est pas recruté pour cela à ses compétences. Il y est envoyé quand il se sera laissé aimer et pardonner par Celui qu’il a renié, jusque dans son péché. Dieu n’appelle pas à la manière des hommes. Dieu donne la vocation. Comme à Marie qui peut dire : « je suis la servante du Seigneur ». Pierre qui se laisse aimer et pardonner pourra dire : « je suis le berger de son troupeau ». Et on le voit dans les Actes des apôtres. Les grands prêtres sont échaudés par cette bande d’illuminés et les disciples sont témoins, bien animés c’est vrai, de Dieu qui a ressuscité Jésus. Qui a raison ? qui a tort ? L’Esprit saint se reconnaît à la joie, la paix profonde, dans les cœurs. Et là, ce sont les disciples qui repartent tout joyeux d’avoir été jugés dignes d’humiliations pour le nom de Jésus… Pierre a une parole osée devant le Conseil. Comme s’il disait à un Cardinal de devenir chrétien ! « Le Dieu de nos pères, votre Dieu, notre Dieu, a ressuscité celui que vous avez exécuté ». C’est fort ! Me laisser rejoindre et aimer par le Ressuscité …

Père Olivier de Framond
Ac 5, 27b-32.40b-41 ; Ps 29 (30), 3-4, 5-6ab, 6cd.12, 13 ; Ap 5, 11-14 ; Jn 21, 1-19
Merci à l'auteur de cette image

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Articles récents